De toutes les interventions de chirurgie réfractive, c’est l’opération de la presbytie qui a connu le plus de développement ces dernières années et qui pour autant reste certainement l’intervention qui mérite le plus de discussions avec le patient et par-dessus tout une prise en charge adaptée à l’âge du patient, à ses conditions anatomiques et fonctionnelles, à ses attentes et à ses conditions d’exercice professionnel.

Le bilan pré opératoire avant chirurgie de Presbytie

Il est essentiel dans un premier temps de savoir si vous êtes opérable. Il ne s’agit pas seulement de vouloir, il faut pouvoir et il existe de nombreuses contre-indications à une chirurgie réfractive, plus encore à une chirurgie de presbytie.
Par ailleurs, un même patient n’est pas de facto éligible à toutes les techniques possibles

Il faut donc impérativement faire un bilan pré opératoire extrêmement complet, qui comprendra un interrogatoire précis du patient, de ses habitudes de vie privée et professionnelle, de ses attentes visuelles, et une exploration de sa vision accompagnée de nombreux examens complémentaires, sans oublier l’exploration d’une éventuelle sècheresse oculaire , qui est loin d’être exceptionnelle à l’âge de la presbytie.
Le bilan réalisé permettra alors de dire :

  • Si le patient est opérable
  • Si le patient est éligible à une intervention, la ou les techniques les plus adaptées à son âge, ses attentes, et à l’état fonctionnel et anatomique de ses yeux.

Il faut savoir que le choix de la technique est conditionné par de nombreux facteurs.
La notion de tolérance fonctionnelle est très importante, nous pouvons éventuellement avant de prendre une décision chirurgicale, faire une simulation du résultat pot opératoire escompté par la mise en place ponctuelle de lentilles de contact que le patient pourra garder quelques jours, afin de se rendre compte de la tolérance et de l’efficacité d’une éventuelle intervention. A l’issu de cet essai, nous pourrons valider ou non le choix de la technique proposée

Opération de la presbytie isolée, sans défaut de vision de loin associé

Les patients qui ne présentent pas de défaut de vision de loin et qui n’ont donc jamais porté de corrections optiques, sont certainement les plus demandeurs d’une intervention chirurgicale quand survient la presbytie, l’obligation de dépendre d’une correction optique pour la vision de près survenant à l’âge de la presbytie est vécus comme une vraie contrainte.
La chirurgie de la presbytie isolée est un acte possible, néanmoins c’est une indication difficile à deux titres :

  • Les patients sont souvent demandeurs dès l’apparition de la gêne en vision de près, or la presbytie est un phénomène évolutif et il convient d’attendre 45/50 ans, âge ou la presbytie est déjà bien installée, avant de pouvoir proposer cette intervention.
    La faire trop tôt exposerait à une durée d’efficacité trop limitée dans le temps, et même s’il est le plus souvent possible de refaire une retouche en cas de moindre efficacité de la première intervention, ce n’est pas l’option préférée.
  • Le patient qui est habitué à avoir une vision de loin parfaite sans correction, risque d’être impacté en vision de loin après la chirurgie.
    Quelle que soit la technique de chirurgie de la presbytie utilisée, la vision de loin post opératoire reste bonne mais sensiblement moins parfaite qu’une vision naturelle de loin sans correction (ceci est encore plus vrai avec la technique au laser du Presbylasik qu’avec les techniques par implants moins pénalisantes en vision de loin)
    Il est donc impératif d’être très prudent, et ne pas hésiter à faire au préalable une simulation par lentilles de contact, afin d’évaluer l’impact prévisible sur la vision de loin, et d’avoir ainsi l’adhésion du patient avant de réaliser le geste chirurgical.

Opération de la presbytie et défaut de vision de loin associé

Rien ne sert d’opérer une presbytie si les patients porteurs de corrections optiques pour la vision de loin, ne peuvent bénéficier aussi d’une prise en charge de leur défaut visuel en vision de loin.
Le souhait des patients arrivés à l’âge de la presbytie est bien évidemment de se débarrasser de lunettes aussi bien en vision de loin que de près.
il est donc nécessaire en même temps que la prise en charge de la presbytie de traiter les défauts de vision de loin associés quand cela est nécessaire, comme la myopie, l’astigmatisme ou l’hypermétropie.
D’un point de vu fonctionnel, il est plus facile pour un chirurgien de prendre en charge une presbytie associée à un défaut en vision de loin que de prendre en charge une presbytie isolée. Comme nous l’avons dit précédemment, la chirurgie de la presbytie isolée peut diminuer la qualité de vision de loin quand celle ci est naturellement parfaite, à contrario le patient qui était habitué à porter une correction optique de loin et qui n’en portera plus, sera lui très satisfait et beaucoup moins impacté par la diminution possible de la qualité de vision de loin.

A quel âge peut-on se faire opérer de la presbytie ?

Les patients les plus demandeurs d’une chirurgie précoce, dès l’apparition des premiers signes de presbytie, sont ceux qui n’ont jamais porté de correction pour la vision de loin, et qui vivent la nécessité de porter des lunettes pour la vision de près comme une vraie contrainte.
Cependant, si l’on veut que le résultat soit pérenne dans le temps, il ne faut pas opérer un patient trop jeune, car la presbytie va évoluer pendant plusieurs années.
Plus la chirurgie se fera tardivement et plus on aura la possibilité de pratiquer une intervention dont l’effet sera durable dans le temps.
Il est donc essentiel d’attendre que la presbytie soit déjà bien installée et donc d’attendre au moins l’âge de 46/48 ans avant de pouvoir proposer une prise en charge chirurgicale.
A contrario, il n’y a pas d’âge limite supérieur pour se faire opérer de la presbytie, à condition que nous ayons à faire à un patient dont l’état anatomique et fonctionnel de l’oeil est normal en dehors du problème de réfraction. Il n’est ainsi pas rare d’intervenir chez des patients âgés de plus de 65/70 ans.

Âge du patient et choix de la technique chirurgicale

Il est classique de dire que la technique de chirurgie au laser de la presbytie (Presbylasik) (et d’un éventuel défaut de vision de loin associé) est plus souvent pratiquée chez les patients « jeunes presbytes » (entre 45/48 et 55/60 ans) .
A cet âge il sera aussi possible dans un avenir proche d’opérer par la technique des implants Phakes, qui seront commercialisés fin 2020 début 2021.

Par contre, la technique des implants multifocaux, qui est la technique qui donne le plus d’indépendance post opératoire au port de correction optique, n’est en général pas proposée chez l’hypermétrope presbyte avant 58/60 ans et chez le myope/presbyte avant 62/65 ans du fait des risques rétiniens potentiels liés à l’ablation du cristallin chez le myope avant cet âge.

Les différentes techniques chirurgicales d’opération de la presbytie

Il existe trois principales techniques d’intervention chirurgicale de la presbytie qui sont :

  • L’opération de la presbytie au laser par Presbylasik
  • L’opération de la presbytie par implants multifocaux
  • L’opération de la presbytie par implants Phakes

Autres infos sur l'opération presbytie

Opération de la presbytie par implants multifocaux

La chirurgie du cristallin clair avec mise en place d’implants multifocaux au même titre que la chirurgie de la presbytie par laser ou par implant phake est une technique qui permet de corriger non seulement la presbytie mais aussi les défauts de vision de loin, comme la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme. C’est la technique chirurgicale de

Lire la suite »

Opération de la presbytie par implants phakes

Il existe différentes façons d’opérer une presbytie. Les implants phakes sont une des possibilités avec le laser Excimer et les implants multifocaux. Comme toutes technique chirurgicale, ils ont leurs indications, leurs contre -indications, leurs avantages et inconvénients. Qu’est-ce qu’un implant phake ? La technique des implants phakes est une technique additive, c’est-à-dire que rien n’est

Lire la suite »

Opération de la presbytie au laser : presbylasik et monovision pure

La chirurgie de la presbytie au laser représente la dernière avancée significative en matière de chirurgie réfractive au laser Excimer. Elle est aujourd’hui considérée comme la technique de choix chez les jeunes presbytes, entre 45 et 55 ans. Elle est préférentiellement destinée aux patients qui ont besoin d’une correction optique en vision de loin et

Lire la suite »