RETROUVEZ UNE LIBERTÉ VISUELLE
Abandonnez vos lunettes ou vos lentilles.

Opération des yeux à Montpellier – Chirurgie réfractive

La chirurgie réfractive encore appelée chirurgie des défauts ou des anomalies de la vision, a pour but de libérer autant que possible le patient du port de correction optique, que cela soit des lunettes ou des lentilles. La chirurgie réfractive moderne permet la correction durable des défauts de la vision, permettant de retrouver une liberté visuelle qui jusque-là n’était pas possible pour les patients présentant une amétropie.
Quand on parle de chirurgie réfractive on pense souvent à chirurgie de la myopie. C’est effectivement le défaut de vision qui est le plus connu et qui a le premier bénéficié d’une prise en charge chirurgicale.
Néanmoins aujourd’hui il est possible de traiter non seulement la myopie mais aussi l’hypermétropie, l’astigmatisme et la presbytie.
Tous les défauts visuels de loin comme de près sont en théorie aujourd’hui opérables. Cela ne veut pas dire que tous les patients sont opérables, il existe certaines contre-indications qui empêchent la réalisation de la chirurgie réfractive.
Le but du bilan préopératoire est de pouvoir répondre à deux questions essentielles, le patient est-il opérable ou non, et si effectivement il l’est, quelle est la technique la plus adaptée à son cas, c’est-à-dire celle qui apportera à la fois le plus d’efficacité et le plus de sécurité.

Les différents types de techniques chirurgicales

Ne plus porter ni lunettes ni lentilles nécessite une intervention chirurgicale.

Il existe différents types de techniques chirurgicales.

On distingue 2 grandes familles de techniques.

LES TECHNIQUES AVEC DES LASERS

Le laser Excimer permet une opération des yeux au laser. Il sert à remodeler la forme de la cornée pour supprimer des défauts de visions tels que la Myopie, la Presbytie, l’Hypermétropie et l’Astigmatisme.
Le laser Excimer peut être directement appliqué à la surface de la cornée : c’est la technique du Laser de Surface ou PKR, ou le laser peut être appliqué dans l’épaisseur de la cornée avec création préalable d’un volet cornéen. C’est la technique du Lasik.

LES TECHNIQUES AVEC DES IMPLANTS

Les implants sont des sortes de lentilles que l’on met dans votre œil.

On distingue 2 techniques différentes pour une opération des yeux par implants qui ne s’adressent pas du tout aux mêmes types de patients, ni aux mêmes défauts visuels.

Les Implants Phakes

  • Ils peuvent s’envisager quelque soit l’âge et ne corrigent que les défauts de vision de loin
  • Ils traitent donc la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme.
    En général ils sont proposés à partir de 25/30 ans quand le défaut de vision de loin est stabilisé et qu’il n’est pas opérable par Laser Excimer, pour différentes raisons possibles.
  • Cette technique peut se réaliser à tout âge, mais de préférence avant 60 ans . Elle corrige tous les défauts de vision, en dehors de la presbytie ( mais elle sera bientôt commercialisée pour corriger aussi la presbytie)
  • L’intervention consiste à insérer un implant entre l’iris et le cristallin,. On ne fait que rajouter une lentille dans l’œil sans toucher à aucune structure de l’œil.
  • Les implants Phakes traitent les mêmes défauts de vision que le laser Excimer ( Myopie, Hypermétropie, Astigmatisme) , mais s’adressent à des patients qui pour différentes raisons ne sont pas opérables par laser.

Les Implants Multifocaux

  • Les implants multifocaux ne s’envisagent qu’à partir de 55/60 ans , car leur rôle principal est de corriger la presbytie.
  • Ils s’adressent aux patients qui souhaitent essentiellement corriger leur presbytie ( défaut de vision de près ) et éventuellement aussi un défaut de vision de loin associé si nécessaire.
  • L’intervention consiste à placer un implant multifocal en remplacement du cristallin qui a été enlevé. Cette technique se réalise à partir de 60 ans environ .Elle permet de corriger les défauts de vision de loin et aussi la presbytie qui est un défaut de vision de près.
  • Cette technique est surtout destinées à traiter la presbytie associée éventuellement à un défaut de vision tel que l’hypermétropie, l’astigmatisme et éventuellement la myopie.
    Elle nécessite l’ablation du cristallin que l’on remplace après par un implant multifocal.

La chirurgie réfractive à Montpellier

L’histoire de la chirurgie réfractive à Montpellier est longue, que cela soit la chirurgie au laser ou par implants.
J’ai créé avec le Dr Michel Lirsac, le premier centre de chirurgie des défauts de la vision par laser en 1996 , suivi par de nombreux confrères de la région qui ont adhérés à notre groupement, initialement crée à la Clinique Saint Jean à Montpellier, puis à la clinique Saint Roch.
Depuis 2012, le centre de chirurgie réfractive est devenu la Clinique de La Vision Montpellier.
Parallèlement à cette chirurgie par laser, j’ai développé depuis 1995 les techniques de chirurgie réfractive intra oculaire par implants, que cela soit les implants Phakes et les implants Multifocaux.

Pourquoi se faire opérer de chirurgie réfractive ?

Beaucoup de patients, même porteurs de correction assez faibles, ressentent le besoin de porter une correction optique comme étant une contrainte dans la vie de tous les jours. La majorité des demandes de chirurgie réfractive sont des demandes de confort afin de ne plus porter ni lunettes ni lentilles de contact, aussi bien dans la vie professionnelle que dans les activités récréatives et sportives.

Il faut noter que les lentilles de contacts qui ont fait beaucoup de progrès ces dernières années sont portées par des patients de plus en plus jeunes. Il existe malheureusement le plus souvent un « capital lentilles » et au bout d’un certain nombre d’années, variable selon les patients, la tolérance aux lentilles diminue nettement. Le mode de vie actuel des jeunes patients, notamment avec un temps d’exposition aux écrans qui ne cesse d’augmenter, et pourvoyeur de sécheresse oculaire survenant de plus en plus jeune, avec une intolérance souvent précoce au port du lentilles de contacts.
Par ailleurs, il existe des complications possibles avec les lentilles de contacts, notamment l’apparition d’abcès de cornée, qui peuvent contre-indiquer à l’avenir le port de lentilles pour les patients atteints de cette affection.

Il est donc très fréquent que des patients qui jusque-là, portaient des lentilles de contacts sans sentiment d’entrave à leur liberté ou de dépendance à une correction optique, et qui, ne supportant plus les lentilles de cornée, sont obligés de se corriger avec des lunettes, ce qui habituellement est très mal vécu, et constitue une demande fréquente de chirurgie de leur défaut de vision.
À côté de ces demandes de confort, il existe aussi des demandes de nature professionnelle ( police, gendarmerie, armée, pompiers, personnel naviguant etc.).
Effectivement certaines professions demandent un seuil d’acuité visuelle minimal non corrigée pour pouvoir être pratiquées. Il est alors possible d’envisager une chirurgie réfractive, même chez des patients jeunes, ce qui leur permettra dans l’avenir d’exercer la profession de leur choix.

Enfin il faut noter le cas particulier des amétropies fortes et très fortes. Ce sont des défauts de vision majeur qui la plupart du temps sont mal corrigés avec des lunettes et mieux corrigés avec des lentilles.
Cependant un jour ou l’autre les lentilles ne sont plus supportées et le retour aux lunettes constitue un véritable handicap dans la vie de tous les jours.
Nous sommes ici dans la prise en charge d’un véritable handicap et non pas dans une indication de confort, et même si la totalité du défaut visuel n’est pas toujours corrigeable, la diminution nette du handicap permettra à ces patients un retour à une vie normale.

Les idées fausses à propos de la chirurgie réfractive

Même si la chirurgie réfractive a une excellente réputation, notamment auprès des patients opérés, avec selon les études entre 95% et 98% de patients satisfaits après chirurgie, il existe encore des idées fausses qui circulent et qui découragent à tort certains patients. Nous en citerons quelques-unes :

  • Pas assez de recul : FAUX
    Plus de 25 ans de recul pour les techniques par Laser et Implants et des dizaine de millions de patients opérés dans le monde
  • Les ophtalmologistes portent tous des lunettes et ne se font pas opérer : FAUX
    Une étude récente montre que 41% des ophtalmologistes opérables l’ont été et 90% encouragent leurs familles et leurs proches à se faire opérer ( KEZIRIAN GM J Cataract Refract Surg, 2015 ; 41 : 1826-1832)
  • Cela ne dure pas dans le temps : FAUX
    L’effet réfractif dure dans le temps. Si il arrive que certains patients retrouvent après des années un défaut de vision cela n’est pas du à l’effet de l’intervention qui s’amenuise mais à une évolution de leur défaut visuel dans le temps
  • On ne peut plus reporter de lentilles après : FAUX
    Ce n’est certes pas le but mais si cela devait être temporairement nécessaire par évolution de votre défaut visuel, en dehors d’un œil sec, il n’y a aucune contre-indication au port de lentilles
  • On ne peut pas se faire opérer tant que l’on est en âge d’attendre un enfant : FAUX
    L’évolution des défauts visuels en cours de grossesse est exceptionnelle et la plupart du temps régressive après l’accouchement.
    Certaines patientes peuvent avoir une légère évolution de leur myopie mais c’est le plus souvent dans le cadre d’une myopie très forte

Les différentes catégories de chirurgie réfractive

On peut classer les chirurgies réfractives en plusieurs catégories :

  • Les chirurgies cornéennes :
    Parmi les chirurgies cornéennes on distingue :
    • Les chirurgie incisionnelles :
      Elles furent les premières techniques de l’ère moderne de la chirurgie réfractive, elles sont aujourd’hui abandonnées sauf dans de rares corrections de l’astigmatisme et dans ces cas pratiqués le plus souvent par des lasers
    • Les chirurgies par Laser ou chirurgies soustractives
      Ce sont les plus connues, elles consistent à remodeler la forme de la cornée par un laser (Excimer le plus souvent, parfois dans la technique du Smile par laser Femtoseconde) pour traiter la myopie, la presbytie, l’astigmatisme, l’hypermétropie
  • Les chirurgies intraoculaires :

On distingue 2 sortes de chirurgies réfractives intraoculaires

    • Les Implants Phakes : Cette technique peut corriger la myopie et les autres défauts visuels comme la presbytie, l’hypermétropie, l’astigmatisme. Elle consiste à simplement rajouter un implant en arrière de l’iris et en avant du cristallin. On la réserve habituellement aux patients non opérables par laser, que cela soit pour des défauts visuels faibles non opérables par laser ou pour des défauts majeurs. C’est la seule technique envisageable dans les défauts visuels très sévères.
    • Les implants Multifocaux : Technique réservée aux patients à partir de 60 ans environ, qui corrige les défauts visuels de loin et la presbytie associée. Elle consiste à enlever le contenu du cristallin et à le remplacer par un implant.

Prévalence de la chirurgie réfractive en France

Actuellement en France se réalisent plus de 200.000 interventions de chirurgie réfractive par laser.
Les chirurgies réfractives par implants sont moins fréquentes mais près de 45.000 sont réalisées chaque année en France.
Les estimations réalisées montrent que le nombre de ces interventions va augmenter dans les années à venir, du fait de la très grande augmentation du nombre des myopes (on parle d’épidémie de myopie voir de pandémie) et du fait de l’augmentation du nombre des seniors du fait de l’amélioration de l’espérance de vie, avec des besoins de prise en charge chirurgicale de la presbytie qui vont augmenter.

Tous les patients peuvent-ils bénéficier d’une chirurgie réfractive ?

La chirurgie réfractive est aujourd’hui la chirurgie la plus pratiquée au monde, et a prouvé son exceptionnelle sécurité et efficacité.
Cependant, tous les patients désireux de ne plus porter de corrections optiques ne sont pas tous de facto opérables, il existe de nombreuses contre-indications, qu’elles soient liées à une pathologie de l’œil ou à un défaut visuel non opérable, ou à l’âge du patient, ou à d’autres raisons particulières. On estime qu’environ 40 à 50% des patients consultant en vue d’une chirurgie réfractive, ne seront pas opérés.

C’est le but de la consultation de bilan pré opératoire de déterminer parmi les patients qui consultent ceux qui seront opérables et de choisir alors qu’elle sera la technique la plus adaptée à leur cas.
Un bilan pré opératoire est une étape primordiale, c’est une consultation qui fait appel à de nombreux examens complémentaires et qui dur souvent près d’une heure.